Select Page

Philippe II le hardi – Duc de Bourgogne entre politique et viticulture

by Nov 9, 2019Culture, Histoire

Entre politique et viticulture, Philippe II, dit le hardi marquera l’histoire viticole française durant son règne, de 1363-1404. 

Mots de l’auteur: C’est parce que les trois quarts de l’équipe 2019-2020 du Décanté sont originaires du Beaujolais que je voulais débuter par un pied-de-nez. L’histoire du cépage phare de leur région, le gamay, est intimement lié aux décisions politiques de Philippe II le hardi, que nous découvrons ici.

🎙 Écouter ici : Philippe II, entre politique et viticulture

by Part de l'Ange | portrait de ces personnes qui ont marqué l'histoire du vin

Philippe II le Hardi, entre politique et viticulture

Les ducs de Bourgogne sont connus en France et à l’étranger. Leurs actes permettent, tout au long du 14ème siècle, d’écrire une partie de l’histoire du pays, d’en délimiter ses frontières mais également de faire rayonner ses richesses viticoles. En effet, les Valois sont de parfaits ambassadeurs et promoteurs des vins de Bourgogne. Cette notoriété bourguignonne est telle que l’on servira sur la table des papes, des rois et de la noblesse du vin de Bourgogne. Philippe II marque l’histoire d’une région qui ne lui était initialement pas destinée. Grâce à son esprit visionnaire, il redéfinit les exigences des pratiques viticoles de la Bourgogne et érige ces vins sur les tables des plus hautes sphères européennes.

Philippe II, entre royaume de France et Bourgogne

Philippe II, est le dernier des quatre enfants de Jean de France et Bonne de Luxembourg. Ce jeune homme prometteur se fait connaitre, dans un premier temps, pour avoir participé à la bataille de Poitiers (1356) où il s’illustre par son courage. À l’âge de 14 ans seulement il est fait prisonnier de l’armée anglaise. Lorsqu’il revient en France il se voit affublé du surnom de «Philippe II, le hardi», remplaçant son ancien titre de «sans terres». Sans terres, en réalité, il ne l’était pas vraiment. Il doit en effet devenir roi de France au décès de son père. Or, après de nombreux déboires politiques, il obtient plutôt en apanage le duché de Bourgogne. Il devient donc, à sa majorité en 1363, le chef de tout le territoire bourguignon de l’époque. Ce dernier s’agrandira par ajout des terres apportées en dot par la femme de Philippe le hardi, Marguerite III de Flandre.
Décanté x Part de l’angeLa Bourgogne, grâce à cette famille, gagne en puissance et n’a de cesse de se distinguer par de nombreux actes de gestion administrative, fiscale, politique et surtout viticole.

L’exigence bourguignonne de Philippe II le hardi

Alors que son territoire ne fait que s’agrandir, Philippe II le hardi décide de réglementer les pratiques de la viticulture. Son ambition est simple: faire en sorte que la Bourgogne produise les meilleurs vins de France et du monde. La concrétisation de ce désir passera par la loi. En 1395 Philippe II établit une ordonnance qui marque profondément l’histoire des vignobles Français. En effet, ce texte établit les grands principes de la viticulture Bourguignonne. Dès lors et pour la première fois en France, c’est une viticulture mono cépage qui est décidée.Seulement deux types de raisins seront cultivés: le pinot noir et le chardonnay. Par conséquent, ce texte renie l’un des cépages descendants du pinot noir: le gamay. Ce croisement entre le gouais blanc et le pinot noir, originaire de Côte d’Or, se développe beaucoup plus vite que les autres cépages. Nous le savons, c’est la rareté qui crée l’envie, ce qui n’est pas rare en quantité ne pourrait offrir de la qualité.Ainsi cette ordonnance juge le gamay «déloyal», «amer» et «âpres».A contrario, selon le duc, le pinot noir aurait des bénéfices sur la santé et sur les consommateurs: il deviendra l’emblème de la région. À son image la Bourgogne sera alors raffinée et structurée. Cette décision rencontre de nombreux détracteurs: les viticulteurs bien sûr, mais également les moines, extrêmement influents à l’époque et en charge de bon nombre de vignobles. Alors que reste-t-il aujourd’hui de cet héritage ducal?

L’héritage de Philippe II aujourd’hui

Dès la destitution du gamay de Bourgogne, ce dernier est cultivé en Beaujolais. Plus que cette région, le cépage commencera à charmer les viticulteurs de la Vallée de laLoire. La Bourgogne brillera par ses vins sophistiqués jusqu’en 1477. Elle perd ensuite son hégémonie pour deux raisons. La Vallée de la Loire commence à séduire les membres de la noblesse qui s’y installent. Ce sont les vins liquoreux qui prennent le dessus; le commerce Bordelais ne cesse de croitre, le rosé ravit tous les salons et laBourgogne s’effacera derrière eux pendant deux siècles. Aujourd’hui, le gamay est cultivé en Beaujolais, bien sûr, mais aussi dans leMâconnais. Cette région ne faisait pas partie de la Bourgogne de 1395, ainsi la culture de ce cépage n’outrepasse pas l’ordonnance du duc de Bourgogne. Avec le système des AOC, établi en 1935, le gamay a pu trouver sa place dans la belle Bourgogne de feu Philippe II le hardi. 80% de la viticulture bourguignonne se base encore sur des chardonnay et pinot noir; parmi les 20% restant se cacherait donc le gamay. 

En conclusion, Philippe II le hardi, très strict dans ses politiques viticoles marque tout de même la région par son courage. La famille des Ducs de Bourgogne a longtemps contribué au rayonnement des vins qui y étaient produits. Ce n’est peut-être finalement pas si mal qu’il n’ait pas gouverné la France… À bientôt pour un nouveau portrait de ces personnes qui ont marqué l’histoire du vin.

À bientôt pour un nouveau portrait de ces personnes qui ont marqué l’histoire du vin

Victoria / Part de l’ange

 

Articles similaires :

Robert Parker : le père de la critique de vin moderne

La légende raconte que c’est parce que le Coca-cola était trop cher à Strasbourg que Robert Parker s’est rabattu sur le vin du commerce. Il en est tombé amoureux et ne l’a plus jamais quitté. Mot de l’auteure : Le célèbre critique de The Wine Advocate a récemment pris...

La confrérie des Chevaliers du Tastevin : Fraternité et amour du vin

« Jamais en vain toujours en vin » est la signature particulière de la confrérie des chevaliers du tastevin. Assez célèbre mais assez mystérieuse pour les curieux, cette confrérie chargée d’histoire rayonne aujourd’hui dans le monde entier. Mot de l’auteure : Qui dit...

0 Comments

Laisser un commentaire

Tu veux en savoir plus sur le vin ?

L’abus d’alcool nuit à la santé.
À consommer avec modération