Sélectionner une page

Les crus mythiques de la Vallée du Rhône

par | Jan 27, 2019

Aujourd’hui nous vous emmenons à la découverte des grands crus de la vallée du Rhône. Notre promenade vous révélera de beaux vignobles à travers deux vallées : au nord la Vallée du Rhône septentrional, de Vienne à Valence ; et au sud la Vallée du Rhône méridional, de Montélimar à Avignon.

Chacune de ces vallées possède des crus exceptionnels. Découvrons-les sans perdre un instant.

Nous vous rappelons que les notes décrites et les robes des vins peuvent varier, cependant nous nous basons sur ce qui caractérise généralement ces célèbres crus.

 

I – Les crus mythiques de la Vallée du Rhône septentrionale

Empruntons notre route des vins et partons de Vienne. Nous croisons tout de suite un des plus beau crus de la Vallée du Rhône. Il s’agit de Côte-Rôtie qui associe permet d’associer un petit pourcentage de viognier pour compléter la syrah. Ainsi sa robe est profonde et obtient une couleur rubis.  Il s’épanouit sur 308 hectares et produit exclusivement du vin rouge. Au nez, le Côte-Rôtie est fin et complexe avec différentes épices, de fruits rouges, noirs et de violette. C’est pourquoi le Côte-Rotie est recherché et est un cru d’exception. 

Continuons notre route et arrêtons-nous au terroir mythique de Condrieu. Ce cru est célèbre pour la qualité de ses vins blancs, qui est composé par le cépage du Viognier. De nature très parfumé et frais, l’incroyable terroir fait sa renommée aujourd’hui. Au nez nous pouvons relever des notes florales de violette et fruitées de mangue et d’abricot. Ce cru vous séduira avec sa robe d’or pâle dans sa jeunesse. Vous ne pourrez pas lui résister. Cependant, le Condrieu est sensible à l’oxydation. C’est pourquoi nous vous conseillons de le boire jeune. Certains vignerons parviennent à faire vieillir ces crus mais cela reste relativement rare.

Continuons notre route et arrêtons-nous au terroir mythique de Condrieu. Ce cru est célèbre pour la qualité de ses vins blancs, qui est composé par le cépage du Viognier. De nature très parfumé et frais, l’incroyable terroir fait sa renommée aujourd’hui. Au nez nous pouvons relever des notes florales de violette et fruitées de mangue et d’abricot. Ce cru vous séduira avec sa robe d’or pâle dans sa jeunesse. Vous ne pourrez pas lui résister. Cependant, le Condrieu est sensible à l’oxydation. C’est pourquoi nous vous conseillons de le boire jeune. Certains vignerons parviennent à faire vieillir ces crus mais cela reste relativement rare.

 

Sur notre route nous tombons sur une petite appellation de trois hectares : Château-Grillet. Il ne produit que du vin blanc mais ce vin … est sacré et frôle l’extase gustative. Déguster ce Cru en monopole, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’un seul propriétaire sur l’appellation, reste un privilège. Le Viognier enfante les vins et offre des notes de pêche, de parfums floraux, de miel et de musc, notamment lorsque les vins vieillissent. 

Un peu plus loin nous tombons sur le seul et unique : Saint Joseph. Ce cru produit 88% des vins rouges et 12% de vins blancs qui produisent tous deux des nectars exceptionnels. Depuis l’Antiquité, le vignoble est enraciné sur des coteaux abrupts et de merveilleux terroirs calcaires. Ses vins rouges sont aujourd’hui façonnés par le cépage Syrah, tandis que ses vins blancs sont composés par les cépages de Roussanne et Marsanne. Grâce au cépage de la Syrah il obtient une saveur équilibré et gourmande pour les rouges. Concernant les blancs, il se décline en une somptueuse robe jaune aux reflets verts. Cette richesse en fait un cru mythique que nous recommandons chaudement. 

 

           Notre poursuivons notre route et nous atteignons un cru prestigieux : le Crozes-Hermitage.  Ce vignoble est le plus grand de toute la vallée septentrionale avec 1683 hectares. Il se décline en rouge à 92% et en blanc à 8%. Il est l’un des rares à se situer sur la rive gauche du Rhône. Pour ses vins rouges, le Crozes-Hermitage révèle une belle robe rouge grenat. Au nez, il montre un incontournable composé de fruits rouges et d’arômes floraux, qui s’enracine principalement dans le cépage de la Syrah. Toutefois ses vins rouges peuvent être aussi, à 15%, à base de Marsanne ou de Roussanne. Ainsi le Crozes-Hermitage vous charmera par son élégance et sa finesse. 

Le prochain grand cru de la vallée du Rhône septentrionale est l’Hermitage. Cette appellation habite trois communes de la Drôme : la rive gauche du Rhône, Tain-l’Hermitage, Crozes-Hermitage et Larnage.  

La production de de cru regroupe 76% de rouge et 24% de blanc pour 137 hectares de productions. Pour les vins rouges, l’Hermitage est exceptionnelle. En ce qui concerne son cépage pour les vins rouges, l’Hermitage se fonde sur la Syrah avec une belle robe d’un rouge rubis. Propice au vieillissement, il développe de nouvelles saveurs à base de violettes, de cassis et d’épices. Quant aux vins blancs, ils naissent des cépages Marsanne et Roussane, qui offrent des arômes crémeux et mielleux de noisettes, d’abricot et de pêche. 

En conclusion, l’Hermitage, est un des crus mythiques de la vallée du Rhône. En témoigne les célèbres personnages historiques qui en étaient friands. Ainsi des rois de France comme Henri IV, Louis XIII ou des auteurs comme Boileau et Dumas s’extasiaient devant ce cru.    

Sur la rive droite du Rhône nous apercevons le cru Cornas, uniquement composé de vins rouges pour une superficie de production de 145 hectares. L’unique cépage qui le compose est la Syrah, qui lui offre une couleur sombre avec une matière riche. De plus le cru exprime de belles saveurs telles que des notes chocolatées, pour les vins jeunes. En outre nous retrouvons des arômes de poivre et de truffes.  

Enfin le dernier grand Cru de la vallée du Rhône septentrional est Saint-Péray. Cette appellation s’étend sur 85 hectares à l’ouest de Valence et produit exclusivement des vins blancs. Que dire de ce cru sinon son goût unique ? Les deux cépages qui le composent sont Marsanne et Roussanne. Marsanne permet la composions de vins légers, avec de doux arômes d’abricot, de fruits secs, de cire d’abeille, d’acacia et de coings. Quant à la Roussanne, il offre des vins d’excellente qualité d’une couleur jaune paille. Il est intéressant de noter que ces vins issus de ce cépage vieillissent bien. Tout cela est mis en valeur par son sol unique car il hérite de quatre couches géologiques.  

II – Les crus mythiques de la Vallée du Rhône méridionale

            Nous entrons à présent dans la vallée du sud appelé méridional. Le premier cru que nous apercevons, est Cairanne. Cette appellation produit essentiellement du vin rouge avec 96% de production et aussi du vin blanc avec 4% de production. Ce cru est d’une grande qualité grâce aux cépages qui lui procure une saveur toute particulière : pour les vins rouges, Cairanne se nourrit à 50% de Grenache et de 20% de Syrah et de Mourvèdre, et enfin 10% d’autres cépages.
Quant aux vins blancs Cairanne utilise les cépages de Clairette, de Roussanne, de Marsanne, de Viognier, de Grenache et de Bourboulenc. Grâce à ces cépages, Cairanne révèle des parfums subtils à base d’agrumes, de fruits blancs et de fleur. Ces éléments en font un cru d’exception.

Un peu plus au sud, se dresse le vénérable Gigondas, haut de 630m et âgé de 200 millions d’années, il si bien décrit par le chef Alain Passard :

« Sous ces dentelles de Montmirail où la géologie et la climatologie sont si particulières, ne pas recevoir la vigne serait un sacrilège. Ici, les vins ont un caractère unique. Ce vin appel à la communion ».  

Et en effet ce cru mérite de telles louanges. Il est presque uniquement composé de rouge, à 99%, pour 1% de rosé, pour une superficie de production atteignant 1208 hectares. Au nez il présente un florilège de fruits rouges et de fruits noirs. En bouche ce cru est corsé et dévoile une multitude d’arômes, qui oscillent entre arômes fruités et poivrés.

 

Pour permettre ces saveurs, Gigondas s’enracine dans plusieurs cépages : tout d’abord Grenache Noir, à 80%, puis la Syrah et le Mourvèdre à 15%. En résumé, Gigondas tient sa force dans ses saveurs uniques. Ce cru est incontournable. Par ailleurs, l’incroyable terroir de ce cru se prête à merveille pour les blancs, qui ne sont pas sous l’appellation Gigondas car non reconnu par l’INAO. Récemment, certains vignerons ont annoncé vouloir se mobiliser pour changer cela. Plus d’info dans le « hors-série » de Terre de Vins sur le Sud datant d’Octobre dernier.  

 

S’il y a bien un prince des crus de la vallée du Rhône, ce serait sans aucun doute le Châteauneuf-du-Pape. Nous avons là un des terroirs les plus célèbrent de la vallée. Son histoire est celle des papes qui se sont succédé dans cette région. Sa dénomination date du pape Jean XXII, au XIVe siècle, qui adorait ce vignoble. Le Châteauneuf-du-Pape domine la vallée sur une colline de 120 mètres d’altitude et possède un sol fécond. En effet la caractéristique de son sol d’avoir des galets roulés, lesquels restituent aux raisins la chaleur accumulée de la journée (cf notre article sur les sols et climats). Ainsi cet avantage permet aux vignes de bien mûrir. Il est riche d’une superficie de production de 3134 hectares, le terroir produit 93% de vins rouge et 7% de vins blanc, soit 95 000 hectolitres par an et vend sur le marché 13 millions de bouteilles. Quant au nez, le Châteauneuf-du-Pape se caractérise avec ses arômes épicés, grillés voir chocolatés. En bouche, il révèle une harmonie entre la puissance et la finesse. En outre sa matière est charnue et lui confère en bouche une longueur unique. En résumé, Le Châteauneuf-du-Pape est un des plus grands crus français et est le principal cru de la vallée du Rhône méridional. 

En face du Châteauneuf-du-Pape, de l’autre côté du Rhône nous découvrons le cru Lirac. De nombreuses personnes s’accordent à dire que Lirac est une « étoile montante » dans la vallée méridionale. En effet les vignerons de l’appellation accroissent sa qualité au point d’en faire un cru de prestige. L’originalité de ce cru est de présenté trois couleurs : rouge 87%, rosé à 3% et blanc à 10% ; qui s’étendent sur 771 hectares. Son sol est composé de galets roulés et d’argiles rouges ou se retrouve de nombreux cépages : comme la Syrah, le Grenache noir et Cinsault. Ainsi, Lirac prend de la valeur et est un cru de grande qualité. Nous vous recommandons de le laisser vieillir en cave.

Articles similaires :

Les Vins de Madère, la renommé mondiale d’une île paradisiaque

 I - L’île du monde perdu L’île de Madère est très verte, alimenté en eau, et avec de nombreuses cascades. Des centaines de kilomètres de « levadas » (petits canaux) récupèrent l’eau venue des sommets, et irriguent les cultures. Son climat est subtropical, et sa...

L’Alsace : entre tradition et modernité

L’Alsace revêt souvent une image forte et traditionnelle. Cependant, cette région s’inscrit également dans l’ère du temps à travers de nouvelles générations de vignerons qui s’approprient les terroirs et défendent de nouvelles pratiques. Sans pour autant se séparer de...

La mythique Bourgogne

 Un seul article n’est bien sûr pas suffisant pour parler de notre merveilleuse Bourgogne, joyau du patrimoine mondial et ambassadeur de l’élégance et de la finesse. Cette région au rayonnement majeur est pourtant si petite … Elle représente que 3% du territoire...

0 commentaires

Laisser un commentaire

Tu veux en savoir plus sur le vin ?

L’abus d’alcool nuit à la santé.
À consommer avec modération