Select Page

Robert Parker : le père de la critique de vin moderne

by Mar 18, 2020Culture, Histoire

La légende raconte que c’est parce que le Coca-cola était trop cher à Strasbourg que Robert Parker s’est rabattu sur le vin du commerce. Il en est tombé amoureux et ne l’a plus jamais quitté.

Mot de l’auteure : Le célèbre critique de The Wine Advocate a récemment pris sa retraite après 35 années de dégustations et de notations des vins. Mars 2020 est le premier printemps qu’il passe loin de la pression du métier. Alors j’en profite pour dresser le portrait de cet homme qui aura longtemps fait la pluie et le beau temps dans le milieu de la critique viticole. Chacun confiné chez soi pourra, comme Robert Parker, faire un peu de place dans sa cave et l’inventaire dans ses bouteilles.

🎙 Écouter ici : Robert Parker, le père de la critique de vin moderne

by Part de l'Ange | portrait des personnes qui ont marqué l'histoire du vin

Robert Parker : le père de la critique de vin moderne

Robert Mcdowell Parker Junior, ou Robert Parker est né à 1947 à Baltimore, dans le Maryland. Fils de paysan, il accèdera tout de même aux bancs de l’université où il étudiera tout d’abord l’histoire et l’histoire de l’art. A l’âge de 26 ans il obtient son doctorat en Droit et exercera dans un cabinet d’avocat pendant 7 ans. Robert Parker est aujourd’hui l’un des critiques de vins les plus célèbre au monde.

Son intérêt pour le vin va naitre en France, très innocemment. En effet, alors qu’il a 21 ans, il passe ses vacances en Alsace et constate que le vin est moins cher que le Coca-cola. Il s’essayera donc à la dégustation avec un vin de table et sera frappé par les sensations qu’il ressentira. Il fonde en 1978 le magazine indépendant – sans publicité d’aucune sorte, The Wine advocate consacré au vin, aux notations des cuvées et aux conseils pour les amateurs. La magie de la célébrité s’opère en 1982 à l’occasion d’une dégustation de vins en primeur* à Bordeaux. Alors que tous les critiques notent négativement les vins qui leurs sont proposés, Robert Parker, lui, voit un beau potentiel dans le millésime.

Le temps lui donnera raison : sa réputation est faite et cet événement donnera à Parker toute la légitimité pour développer sa méthode de notation qui impactera en profondeur le monde du vin. Il quitte définitivement le droit en 1984 pour se consacrer pleinement et entièrement à son média et sa carrière de critique. Découvrons donc le pendant et l’après Parker.

Robert Parker, une technique de notation particulière  

La désormais bien célèbre « méthode Parker » est assez simple. Les vins sont notés sur 100 points et les notes s’étendent toujours entre 50-100. 5 points sont attribués à la robe, donc à l’apparence du vin, 15 points sont attribués au bouquet, donc au nez. 20 points pour la bouche, donc le goût du vin et enfin, 10 points sont attribués au potentiel de vieillissement.

 Ce dernier demande de la pratique pour distinguer les caractéristiques qui permettent d’affirmer que le vin est fait pour la garde, que c’est un grand vin.

  • Entre 50 et 59 le vin est médiocre.
  • Entre 60 et 69 points le vin est très moyen, ses défauts sont identifiés.
  • Entre 70 et 79 points le vin est moyen, et ne présente rien d’incroyable.
  • A partir de 80 le vin commence à être supérieur.
  • A partir de 90 le vin se complexifie et la qualité est remarquable.
  • Entre 96 et 100 le vin est parfait, il est le parfait ambassadeur de sa région. Rares sont les vins notés à 100pts.

Ces notes scellent en quelque sorte le destin des vins dégustés par Robert Parker. Ils influencent les ventes, le prix des bouteilles et même les méthodes de viticulture.

Robert Parker, une figure très controversée dans le monde du vin

Il a mis, dès ses débuts, un point d’honneur à être et rester impartial, tant dans la dégustation des vins que dans sa notation. Il déguste donc à l’aveugle et note ses vins de manière stricte en respectant sa grille de notation, comme nous venons de le voir. En revanche, nombreux sont les détracteurs de ce critique. En effet, la réputation de Robert Parker et l’impact que son avis avait sur la notoriété des domaines et sur les ventes était très conséquents.

Pour exemple, un vin noté à plus de 90/100 voyait ses commandes parfaitement remplies, tandis qu’un vin noté à 70/100 était quasiment invisible pour les acheteurs. Dès lors les vignerons ont eu tendance à se plier au goût du dégustateur, satisfaisant son palais et augmentant donc leur nombre de vente. Ainsi certains vignobles ont produit des vins trop « parkerisés » perdant, quelque part, leur identité. Le critique affirmait en effet aimer les vins sur le bois (celui de la barrique), robustes, vineux et très concentrés. Les vignerons se sont parfois pliés à ces exigences, qui rendait la notation moins impartiales, du fait de leur choix de vinification.

Cette parkerisation du vin explique pourquoi Parker a fait la pluie et le beau temps dans la région.

Quel héritier ou héritière pour remplacer Robert Parker ? 

Après Parker le déluge ? Au regard de l’influence qu’il a eu sur les notations, les vignerons, et sur le temps long surtout, on est en droit de se poser la question. La nature a horreur du vide, nous le savons et de nombreux successeurs se sont fait connaitre bien avant même que Robert Parker décide de quitter la scène de critiques. D’une part l’équipe de The Wine Advocate qui a été formée par Parker, qui peut dignement lui succéder, même s’ils témoignent que ce n’est plus la même chose sans lui.

Le magazine a d’ailleurs été récemment acheté par un investisseur singapourien, ce qui profile d’éventuels changements. Ensuite, d’autres critiques tentent de s’imposer face à ce fantôme du milieu. Nous pourrions citer Jancis Robinson une journaliste, écrivain et dégustatrice britannique, qui était jusqu’à aujourd’hui en guerre de mots avec Robert Parker. Antonio Galloni, ancien membre de The Wine Advocate, chargé des dégustations des vins Californiens notamment, a pris son indépendance. Il est aujourd’hui le PDG de Vinous. Il est certainement l’un des dignes successeurs de Parker. Son média est extrêmement populaire dans la sphère viticole mondiale.

En conclusion, l’ancien monde à tout de même du mal à se faire au nouveau, mais tout vient à point à qui sait attendre. Robert Parker profite aujourd’hui de sa famille dans sa maison du Maryland. Seul le temps pourra dégager une nouvelle étoile montante de la dégustation, et ce temps-là sera précieux pour que certains vignobles retrouvent un style moins influencé par la notation du critique. Ne souhaitant pas finir sur ces simples paroles je reprendrais plutôt une citation du père de la critique : « le vin est selon moi ce qui rassemble les gens, il promeut la conversation et le partage mais il est surtout fascinant ».

À bientôt pour un nouveau portrait de ces personnes qui ont marqué l’histoire du vin

Victoria / part de l’ange

*Les vins en primeurs sont des vins dégustés avant la fin de la vinification. Il s’agit d’un événement très bordelais qui commence à s’étendre dans d’autres régions. Ces vins qui ne sont donc pas terminés, sont dégustés, notés, leurs prix sont fixés et un gros volume de commande est effectué à cette occasion. L’argent récolté lors des primeurs assure, entre-autre, la pérennité économique des vignobles de Bordeaux.

Articles similaires :

Le Baron Pierre Le Roy Le père de l’appellation

Le Baron Pierre Leroy est un juriste de formation, mais viticulteur de passion qui œuvre, au XXe siècle pour la valorisation du patrimoine viticole Français. Mots de l’auteure : Les fêtes arrivent à grand pas et choisir son vin peut devenir compliqué. Mais pas pour...

La veuve Clicquot: une femme de caractère hors de sa bulle

La veuve Clicquot est sans doute l’une des première femme entrepreneuse de son siècle. Elle marque l’histoire du vin en se plaçant à la tête de la maison de Champagne de son défunt mari. Mots de l’auteure : Chaque femme et homme qui compose le bureau du Décanté...

Philippe II le hardi – Duc de Bourgogne entre politique et viticulture

Philippe II le hardi – Duc de Bourgogne entre politique et viticulture

Entre politique et viticulture, Philippe II, dit le hardi marquera l’histoire viticole française durant son règne, de 1363-1404.  Mots de l’auteur: C’est parce que les trois quarts de l’équipe 2019-2020 du Décanté sont originaires du Beaujolais que je voulais débuter...

0 Comments

Laisser un commentaire

Tu veux en savoir plus sur le vin ?

L’abus d’alcool nuit à la santé.
À consommer avec modération