Sélectionner une page
Le Beaujolais, Royaume du Gamay

Le Beaujolais, Royaume du Gamay

Non loin de la capitale des Gaulle, se tient le paradis du Gamay. Sur des terroirs incroyablement variés (et particulièrement sur le Mont Brouilly), s’expriment vins tranquilles rouges et blancs ainsi que pétillants tel que le Crémant. Décrié pendant une longue période, le Beaujolais se dresse aujourd’hui comme une région qui attire de plus en plus l’attention. Et pour cause…

I – Le Beaujolais, 3ème fleuve lyonnais à travers les siècles

Dès l’époque romaine, la région attirait les romains. Une tradition qui s’est poursuivie pendant l’époque moyenâgeuse. 

Puis c’est au XVIIème siècle que les vins de la région acquièrent leurs premières lettres de noblesse, où la ville de Lyon s’approprie peu à peu ses vins. Les bourgeois puis les Canuts (les célèbres ouvriers qui travaillaient la soie à Lyon), se sont appropriés ces vins et ont commencé à parler du Beaujolais, à tel point que cela s’est étendu peu à peu à la capitale française.

Les bouchons lyonnais sont devenus au fil du temps les premiers ambassadeurs de la région, où ses vins coulaient et continuent de couler encore aujourd’hui. Véritables fleurons du savoir-vivre et du savoir-faire de la ville de Lyon, ils sont à jamais liés au Beaujolais. (Découvrez notre article sur la gastronomie à Lyon).

Malgré la réputation sulfureuse que le Beaujolais a pu avoir, il faut savoir que jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les crus du beaujolais étaient évalués à des prix équivalents aux grands crus de Bourgogne. La popularité des Beaujolais est alors bien loin de celle qu’elle a pu acquérir lors des années 1970. Peu à peu, le Beaujolais s’est vu associé à un vin gouleyant (ce qui n’est pas forcément un défaut), et non plus une région aussi talentueuse qu’elle ne l’était. Les grands rendements n’ont pas vraiment aidé et le beaujolais nouveau a eu des effets parfois néfastes par rapport au but premier de cet événement promotionnel.

Après une période mouvementée, le Beaujolais retrouve son lustre d’antan et rayonne par sa culture si particulière et appréciée. Dans le monde entier, son authenticité attire et perdure grâce aux Bistrots du Beaujolais.

II – Le Beaujolais nouveau, entre succès mondial et effets controversés

     Célébrée dans 90 pays, il s’agit de la fête la plus internationale du monde du vin. En effet, bien que cet événement soit souvent décrié, il s’agit du seul événement au monde où 90 pays, le même jour de l’année, se réunissent autour de la sortie d’un vin de sa cuve. Ce jour est un moment de fête mais aussi révélateur du potentiel que peut avoir le vin une fois qu’il sera passé par l’étape de l’élevage. Les Beaujolais nouveaux n’ont pas une réputation des plus qualitatives, pourtant certains sont maitrisés. Si vous n’appréciez pas le Beaujolais, on vous laisse la possibilité de déguster les crus de l’année passée !

     Les Sarmentelles, événement incontournable de cette fête, se célèbrent chaque année le 3ème mercredi du mois avec la percée du tonneau à minuit et se prolongent jusqu’au dimanche dans la région. Toujours si proche de la ville lyonnaise, le Beaujolais nouveau et la percée des tonneaux a lieu chaque année (sauf en 2018) sur la place des Terreaux à Lyon au même moment.  

      Cependant cette fête a pu altérer la réputation du Beaujolais selon certains vignerons. En effet, les vins du Beaujolais sont beaucoup trop souvent associés aux vins nouveaux alors que cette région possède bien des richesses, notamment ses 10 crus et ses nouvelles générations de vignerons qui n’hésitent pas à clamer haut et fort le potentiel du Beaujolais.

III – La renaissance du Beaujolais, royaume du Gamay

         Voici quelques années si ce n’est même décennies que le Beaujolais se débarrasse peu à peu de son image ternie. La région s’est dotée de nombreux atouts depuis plusieurs années afin de produire des vins de qualité de redorer son blason. Les Crus du Beaujolais ont largement aidé. Juliénas, Saint-Amour, Chénas, Moulin à Vent, Fleurie, Chiroubles, Morgon, Régnié, Côte de Brouilly, Brouilly. Des crus reconnus dans le monde entier pour leur qualité aujourd’hui. Tout cela avec un seul cépage (car aucun blanc n’est classé dans les crus) : le Gamay, qui a refait son apparition peu à peu sur les grandes tables gastronomiques françaises et mondiales.

           En plus de ces crus qui bénéficient de plus en plus d’une forte reconnaissance, nous pouvons recenser les appellations Beaujolais-Villages et Beaujolais.

           Les vins de vignerons occupent une place majeure dans le Beaujolais avec ses quelques 2 700 exploitations viticoles.

            Le Beaujolais est également le berceau du vin nature. Bien que cette définition soit perçue comme un peu floue, il est défini comme un vin qui s’inspire du bio ou de la biodynamie et qui n’utilise que très peu voire pas de souffre. C’est le célèbre et réputé Marcel Lapierre, à Villié-Morgon qui est le pionnier de cette vision. Ses vins sont reconnus mondialement et nous les recommandons notamment pour son rapport qualité/prix très attractif. Cette idéologie a émergé à la fin des années 1970 et se répand peu à peu dans le monde entier. Pour ou contre, peu importe, tout le monde vous affirmera que les quilles (comprendre bouteilles de vin) de Monsieur Lapierre sont des petites merveilles. Ont suivit plusieurs autres vignerons tel que Jean Foillard, Jean-Claude Thévènet, Guy Breton (Régnié et Morgon), Georges Descombes ou encore Yvon Métras (Fleurie).

            Cependant la surface bio dans la région n’excède pas les 5%, ce qui est relativement étonnant par rapport à la moyenne nationale (entre 8 et 12%).

Nos recos très perso !

Après plusieurs dégustations de l’équipe, nous vous recommandons particulièrement les domaines de : Marcel Lapierre à Morgon, Cédric Vincent à Moulin-à-Vent, Brouilly et Saint-Amour, Domaine Le Père Jean en Côte de Brouilly (coup de cœur pour leur cuvée parcellaire) et le Morgon Côte de Py du Domaine de la Bonne Tonne.

L’homme et le vin : une histoire de civilisation

L’homme et le vin : une histoire de civilisation

Selon les mots de Michel Bouvier la culture du vin fait partie intégrante de notre civilisation. Elle n’est pas le fruit d’un savoir réservé à des experts ou à des initiés mais bien à chacun. En effet chaque civilisation présente des caractères propres avec une dimension religieuse, esthétique, ou technique.

En ce sens, le but de cet article est de montrer que la culture du vin représente un enjeu de civilisation et possède une dimension technique, esthétique et même religieuse. L’histoire du vin est inséparable de l’histoire des hommes.

I – Le rapport entre l’homme et le vin : un enjeu sacré 

a – Durant la période antique 

Le vin est pour l’Antiquité un produit sacré, il sert aux offices religieux et est en rapport avec le divin. Il est représenté dans la Grèce antique par Dionysos, dieu du vin et de l’ivresse. Il est ici un objet du culte mais aussi un produit culturel. Le vin est un symbole de résurrection puisqu’après avoir donné une abondante vendange il semble mourir en hiver pour renaître au printemps. Dès lors le vin est un produit divin.  

Les rites organisés en Grèce comme les fêtes de Dionysos servaient à la cohésion sociale. Il s’agissait d’un grand événement où le peuple était intégré et communiait ensemble. Le vin et sa dimension religieuse étaient donc associés à la politique.

 Célébrées dans toute la Grèce, mais aussi en Égypte et à Rome, ces fêtes donnaient lieux à des représentations théâtrales. Cependant, l’alcool embrumait les esprits de la population et des débordements eurent lieux, comme des orgies ou des violences. Ces rites et ces fêtes appelés alors les «  bacchanales » furent temporairement interdits mais plaçaient le culte du vin comme un produit de cohésion social et de partage collectif. Le vin est alors associé à la civilisation occidentale.

b – Le vin et les religions monothéistes 

Le judaïsme utilise le vin dans leurs rites comme durant le Shabbat ou la Pâque.   

La Bible donne une place importante au vin puisque le livre cité le produit 443 fois. Ce chiffre considérable révèle l’importance du vin et sa symbolique divine. Nous pouvons observer un exemple de ce culte accordé au vin dans la religion chrétienne, avec le magnifique tableau des Noces de Cana peint par Paul Véronèse à la renaissance et exposé aujourd’hui au Musée du Louvre, ou selon les écritures le Christ aurait changé l’eau en vin. Dans le même ordre d’idée, la symbolique du vin atteint son paroxysme lors de la Cène, le dernier repas du Christ où le vin est assimilé au sang du Christ.

En ce qui concerne l’islam, le vin représente une récompense que les croyants obtiendront au paradis .
Ainsi le vin s’installe définitivement dans notre civilisation au rang d’un produit sacré, fruit d’une technique élaborée et d’une symbolique divine. La théologie chrétienne du Moyen-Age ( 476-1453) domine l’espace mentale occidentale de l’époque et place le vin au rang d’un produit sacré.

Ainsi nous avons vu que le vin est inséparable de l’histoire humaine. La civilisation occidentale a fait du vin un enjeu religieux en le plaçant au cœur des rites. Cependant pour véhiculer cette symbolique, l’art et la culture doivent prendre le pas sur la religion la représenter. Le vin pour devenir une œuvre d’art s’ancre dans la culture.   

II – La culture du vin est un art

Quelle forme d’art n’a pas mis à l’honneur le vin? Que ce soit la peinture, la sculpture, la gravure, la littérature, le cinéma, la poterie ou l’œnologie, le vin prend une place importante. Pour célébrer de grandes occasions ou pour glorifier des exploits, le vin est un lieu de communion idéal.

Le première forme d’art à chanter la beauté du vin est bien le théâtre tragique de l’Antiquité. C’est en effet la tragédie grecque avec le figure de Dionysos qui célèbre la majesté du vin dès sa première représentation en -534.

Dès lors les plus grands poètes et écrivains, de Virgile à Casanova en passant par Rabelais et François Villon ont magnifié l’art du vin.

Nous pouvons sûrement décerner la palme du meilleur mot à propos du vin à deux philosophes :

D’abord Voltaire, sur « le vin de champagne » comme on le disait à la cour de Versailles  :

«  De ce vin frais l’écume pétillante
De nos Français est l’image brillant »

Enfin à Gaston Bachelard, donnant une définition des effets du vin  :

« Le vin délivre les cœurs de leur peine, c’est pourquoi les sages la nomment la clé du verrou des tristesses. J’aime cette liqueur de pourpre. Elle flétrit la face du souci et elle enfante l’allégresse ».

Les beaux mots ne seraient-ils réservés qu’aux français? Peut être pas. Toutefois la France s’est imposée comme un des leaders mondial du vin. Ce produit est une spécialité française partagée par les chefs d’états, qu’ils soient roi, empereur ou président.

Le vin est inscrit dans les terroirs français, c’est un produit d’excellence ancré dans une tradition, un héritage. Il est le reflet d’une culture, d’une civilisation et d’une conquête permanente de modernité. Le vin fait rayonner la France et lorsque nous voyageons dans ces régions et villages, le vin est la référence de leur savoir-faire.
Cette spécialité est un héritage millénaire pour la France qui est un des premiers producteurs et exportateurs de vin.
Cette influence atteint 30% de part du marché mondiale. La qualité des vins et du savoir-faire français est l’une des plus forte et la concurrence est rude.
Toutefois, grâce à une culture et une philosophie de l’excellence, ces vins de toutes les régions viticoles sont servis sur les grandes tables, les postes diplomatiques et les palais de la République lors des dîners officiels.

Ainsi le vin est un produit de civilisation, de rayonnement culturel, et économique. L’histoire du vin est celle des hommes.

N’hésitez pas à réagir aux articles.

Comment Lyon est-elle devenue la capitale de la Gastronomie ?

Comment Lyon est-elle devenue la capitale de la Gastronomie ?

« Lyon est la Capitale Mondiale de la Gastronomie »

Curnonski

Grand critique culinaire, « prince des gastronomes ».

Depuis la période gallo-romaine, Lyon n’a cessée d’être au centre des attentions. D’abord capitale politique dans l’Antiquité, la ville est devenue également un centre économique et culturel. En effet, la culture lyonnaise rayonne en France mais aussi dans le monde entier pour sa spécificité, son génie et son audace. La gastronomie est un des fers de lance du savoir faire lyonnais au point que la ville a été désigné comme « la capitale de la gastronomie ».

I – L’histoire de la ville de Lyon

A travers l’immense période que couvre le Moyen-Age jusqu’à la Renaissance, c’est à dire de 476 à 1453 jusqu’à la fin du XVIe siècle, la ville de Lyon est un lieu de passage obligé. En effet la ville propose une multitude d’activités comme les foires, des auberges pour leur servir à manger et de quoi dormir. Ces foires avaient lieues une fois par saison et attiraient des voyageurs de tout le royaume ainsi que des étrangers des peuples voisins. A cette occasions les aubergistes lyonnais présentaient sur leur étals, c’est à dire sur une table sur laquelle on présente les plats, leurs mets. Parmi ceux-ci nous pouvions découvrir ces fameux légumes que sont les cardons, devenus traditionnel dans la culture culinaire lyonnaise. Aujourd’hui encore nous apercevons rue du bœuf quelques une de ces belles auberges comme l’Hotel de l’Etoile ou encore l’Outarde d’Or, qui témoignent de cet héritage.   

Au XIXe siècle le réseau de transport se renforce et de nombreux voyageurs s’arment de guides touristiques pour visiter Lyon et ces fameux produits comme les châtaignes, les fromages et la charcuterie. En outre les visiteurs découvrent tout un panel de bons produits tels que les brioches, le chocolat ou la bière.
En 1859, « la matelote d’anguille » de la mère Guy occupe une place de choix dans la guide Joanne.
Ces femmes lorsqu’elles ouvrent leur restaurant, veulent travailler avec une carte simple qui ne change pas, avec des produits de grande qualité. Parmi les « Mères » nous pouvons citer la Mère Brazier. En avril 1921, elle ouvre son restaurant 12 rue royale. Cet établissent gagne vite en popularité. Le maire de Lyon, Edouard Herriot y a ses habitudes, et les visiteurs fins gourmets s’y précipitent.

La mère Brazier devient un grand nom. Elle ne tarde pas à ouvrir son deuxième restaurant au col de la Luère, à Pollionnay. Ce restaurant gagne rapidement une considération à l’internationale. C’est là ou Paul Bocuse fera ses classes .
En 1932, elle obtient 2 étoiles pour chacun de ses deux restaurants et en 1933, la Mère Brazier est triplement étoilée au Guide Michelin, à la fois pour son restaurant rue Royale et pour celui du col de la Luère. C’est une première dans l’histoire de la cuisine française.
Puis en 1930, de nouveaux plats font leur apparition comme la volaille de Bresse, encore à la mode de nos jours.

Toutefois la gastronomie lyonnaise voit sa qualité culinaire prendre de l’ampleur à partir des années 1930. La ville crée ainsi de nouvelles activités liés à la gastronomie. Parmi-elles nous trouvons la Semaine Gastronomique crée en 1932, rebaptisée Journées de la Cuisine Lyonnaises en 1935. En 1934 est fondée également la célèbre Foire de Lyon, qui offre une structure complète au service de la gastronomie avec le Palais de l’alimentation.
La réputation de Lyon comme cité mère de la gastronomie est faite. Il s’avère à présent de dévoiler son terroir d’influence, pour comprendre sur quoi repose son art.

II – Les terroirs et influences de la cuisine lyonnaise

La gastronomie lyonnaise se situe au carrefour de deux courants d’influences : celui du Sud, qui est provençal et méditerranéen, mais aussi celui du Nord, qui est lorrain et alsacien. Toute les cuisines y apportent leurs spécialités. Le sud est représenté par l’utilisation du beurre, de l’huile d’olive et des légumes primeurs, c’est à dire les premiers végétaux récoltés dans la saison et obtenus de façon naturel. Ceux-ci recèlent de caractéristiques gustatives appréciées car ils sont le plus souvent « tendres » et « fondants ».
En outre il faut avoir à l’esprit que Lyon est, pendant la Renaissance, un axe majeur en Europe du commerce des épices importées d’Orient.
De nombreux terroirs offre leur art culinaire à la ville. Aux alentours nous trouvons la Bresse célèbre pour ses volailles, le Bugey pour son vin et ses écrevisses, mais aussi pour sa fameuse sauce nantua tirée du lac de Nantua qui accompagnent les quenelles. A cela ajoutons les Dombes connue pour ces grenouilles issues de ces lacs. En ce qui concernent la viande, elle est délivrée au Nord dans la région du Charolais. Enfin le Beaujolais sert à Lyon un beau vignoble.

Si nous nous déportons à l’ouest, nous y trouvons les élevages des monts du Lyonnais. Elles produisent la charcuterie que les lyonnais appellent plus communément la cochonnaille, qui désigne le saucisson sec ou à cuire, les pieds de cochon, la rosette, la couenne, le jambon, ou encore le filet mignon, les terrines et pâtés de campagne. La liste ne s’arrête pas et se poursuit avec les grattons ou les rigottes, qui sont des petits fromages de lait de vache ou de chèvre.
Plus au sud nous découvrons les vins de la vallée de la Rhône qui viennent parachever les influences de la région lyonnaise. Ces terroirs viennent enrichir la gastronomie lyonnaise et gardent aujourd’hui leur prestige.

III – Que devient la capitale de la gastronomie aujourd’hui ?

C’est le regretté Paul Bocuse, dit « Monsieur Paul » ou encore le « pape de la cuisine » qui est le fer de lance de la gastronomie lyonnaise. C’est un Chef étoilé, élu meilleur ouvrier de France en 1961, proclamé « Cuisinier du siècle » par Gault-Millau en 1989. Il a su conférer à Lyon sa renommée gastronomique. En 1987, il crée le Bocuse d’Or. Il s’agit d’un des concours culinaires les plus prestigieux au monde et dont la finale est à Lyon. Il a lieu tous les deux ans, et s’inscrit dans le cadre du Salon International de la Restauration de l’Hôtellerie et de l’Alimentation de renommée mondiale.
Mais avec la disparition de ce géant, Lyon peut-elle conserver son titre tant convoité « de capitale de la gastronomie »?.
Lyon s’est construit avec Monsieur Paul, mais là où la vie de cet artiste de génie s’arrête le destin de son œuvre subsiste et Lyon en est le parfait exemple.

D’autres personnes ont cherché à accroître la renommée de la ville. Tel est le cas de l’association des « Toques Blanches Lyonnaise et de la région ». Depuis 1936 de grands chefs lyonnais se sont associés et aujourd’hui ils se nomment les « Toques Blanches Lyonnaise ». Leur projet ? Faire rayonner la gastronomie lyonnaise.
Ses membres viennent d’horizons différents : de la cuisine traditionnelle comme de la cuisine contemporaine ; de vieux lions et des jeunes montants. L’association, est présidée par de grands chefs tels que Pierre Orsi, Guy Lassaussaie, ou aujourd’hui Laurent Bouvier. Elle s’investit dans de nombreux évènements liés à l’art culinaire, comme lors du Sirha, et se trouvait en première ligne pour soutenir la candidature de Lyon au titre de Cité de la Gastronomie.
Ainsi le pape de la gastronomie s’en est allé mais la ville de Lyon garde sa renommée. En effet la métropole comptabilise 4000 restaurants dont 20 chefs étoilés.
Ainsi de nombreux projets autour de la gastronomie lyonnaise sont envisagé comme la cité internationale de la gastronomie.

Quel est ce projet ?

Au cœur de l’Hôtel-Dieu fraîchement rénové, l’art de la haute gastronomie sera mis à l’honneur. En effet sur 3900 m² repartit sur 4 étages, la Cité internationale de la gastronomie proposera des lieux d’expositions temporaires et permanentes mais aussi des espaces d’expérimentations ou de nombreux chefs reconnus mijoteront de bons mets. Le Chef 3* du restaurant Régis et Jacques Marcon, à Saint-Bonnet-le-Froid dans la Loire, fera partie de ceux qui animeront la cité. Il s’agira de développer un lieu de découverte et de transmission autour du bien manger, qui favorisera les innovations et expérimentations entre producteurs et chefs cuisiniers.
Ainsi la Cité internationale de la gastronomie, qui ouvrira ses portes en 2019 viendra renforcer le statut de Lyon comme « Capitale mondiale de la gastronomie ».
L’histoire de lyon s’est forgée à travers des restaurants typiques. Certains ont traversé les siècles. C’est le cas de la brasserie Georges, installée depuis 1836 sur le cours de Verdun, ou encore du grand café des négociants installé aux Cordeliers depuis 1864.

L’histoire de lyon s’est forgée à travers des restaurants typiques. Certains ont traversé les siècles. C’est le cas de la brasserie Georges, installée depuis 1836 sur le cours de Verdun, ou encore du grand café des négociants installé aux Cordeliers depuis 1864.

Ajoutons encore le cas des célèbres « bouchons lyonnais ». Ils symbolisent la gastronomie lyonnaise. Comment définir un bouchon ? C’est d’abord une ambiance, celle de la tradition lyonnaise avec les marionnettes guignols au cœur du vieux Lyon, arrosé d’un beaujolais et agrémenté de ce que l’on appelle la « cochonnaille ». Les produits lyonnais y sont cuisinés avec art.
Toutefois en son origine, le bouchon était réservé aux « canuts » qui travaillaient très tôt le matin. En milieu de matinée, vers 9h ils appréciaient prendre leur « casse-croûte » situé jadis au quartier de la Croix-Rousse, c’est à dire d’un petit repas composé des restes de laveille. Ces restaurants ont certes bien évolué mais ont marqué à jamais l’histoire de Lyon.

IV – Lyon et la splendeur de ses vins

En effet le vin est une des grandes fiertés de la ville. Léon Daudet louait le vin du beaujolais par ses propos : « Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le beaujolais qui n’est jamais limoneux et à sec ».
Ces quelques mots de l’écrivain rendent hommage à une région viticole chargée d’histoire. La région était déjà réputée pour ses vins durant la période gallo-romaine. Les vignes se rapprochent se Lyon jusqu’à atteindre Fourvière au Moyen-Age. Elles furent développées sur les pentes de La Croix Rousses ainsi que sur la colline de Sainte-Foy-lès-Lyon. Elles ont aujourd’hui disparue. Elles se situent actuellement sur trois ensembles. Citons le beaujolais, puis les coteaux-du -lyonnais et enfin les Coteaux du Rhône.

Comment se caractérise ces vignobles ?

Le vignoble du beaujolais produit presque exclusivement du vin rouge. Seulement 1% de la production se porte sur le vin blanc et vin rosé. Toutefois il existe plusieurs sortes de beaujolais. En effet la majeure partie des beaujolais concerne le beaujolais simple, il s’associe avec plusieurs combinaisons d’aliments et s’adapte à différents styles de cuisine. Il existe également le beaujolais village. Celui-ci est d’avantage fruité. Enfin évoquons les dix crus du Beaujolais avec : Brouilly, Chénas, Chiroubles, Côte-de-Brouilly, Saint Amour, Juliénas, Fleurie, Moulin-à-vent, Régnié et Morgon.
Ces vignes occupent 75 600 hectares et produisent trois millions d’hectolitres de vin chaque année.
Pour le reste le vignoble est répartit sur deux vallées : au nord la Vallée du Rhône septentrional, allant de Vienne à Valence ; au sud la Vallée du Rhône méridional, allant de Montélimar à Avignon.

Parmi les grands crus du nord de la Vallée du Rhône nous pouvons trouver à proximité de Lyon à hauteur de Vienne : le Côte-Rôtie, le Condrieu et le Château-Grillet. Si vous êtes un peu plus curieux vous retrouverez à hauteur de Tournon : le Saint Jospeh, le Crozes-Hermitage, l’Hermitage. Puis si vous êtes téméraire vous trouverez au niveau de Valence le Cornas et le Saint Péray.
Quant au vignoble méridional de la vallée du Rhône, il recouvre 71 000 hectares et produit 2 840 000 hectolitres par an.
Le principal vin du vignoble méridional des Côtes-du-Rhône est l’AOC Chateauneuf-du-pape. Il s’agit d’un des plus grands crus français. Il remonte au XIVe siècle ou le pape Jean XXII crée le vignoble. Ce cru s’étend sur 3000 hectares et produit 100 000 hectolitres par an dont plus de 90% de rouge. Bénéficiant d’un mistral, plusieurs AOC du sud de la Vallée du Rhône ne nécessite pas de traitement ou très peu. Ainsi, beaucoup de domaines sont en bio, biodynamie ou bien en agriculture raisonnée. D’autres appellations remarquables mais moins connue tels que le Gigondas, Vacqueryras ou encore Ventoux gagnent en réputation chaque année.

Le principal vin du vignoble méridional des Côtes-du-Rhône est l’AOC Chateauneuf-du-pape. Il s’agit d’un des plus grands crus français. Il remonte au XIVe siècle ou le pape Jean XXII crée le vignoble. Ce cru s’étend sur 3000 hectares et produit 100 000 hectolitres par an dont plus de 90% de rouge. Bénéficiant d’un mistral, plusieurs AOC du sud de la Vallée du Rhône ne nécessite pas de traitement ou très peu. Ainsi, beaucoup de domaines sont en bio, biodynamie ou bien en agriculture raisonnée. D’autres appellations remarquables mais moins connue tels que le Gigondas, Vacqueryras ou encore Ventoux gagnent en réputation chaque année.
Le climat de ces vallées est méditerranéen. Il est associé à la diversité des sols qui leur permet d’enrichir leurs terroirs avec des produits atypiques. Dans notre prochain article, vous découvrirez les secrets des sols et climats… A suivre!